Les Foulées Luçonnaises

Retour sur ce 10km de Luçon, avec un temps magnifique, enfin! 

A une semaine du Marathon de Barcelone

ce 10km remplace une séance de 800m que je devais faire tout seul! L'objectif est simple, se faire plaisir!!! L'ambiance s’annonce sympa sur la course et le Roche Vendée Triathlon y sera bien représenté. Les copains du Roche Vendée Triathlon organise une mini sortie club, les plus courageux vont partir de La Roche en vélo pour aller à Luçon (environ 35kms ) et faire le 10km avant de rentrer en vélo. Nous nous retrouvons donc à une petite dizaine de tri-athlètes à Luçon.

A peine le temps de m'échauffer, (20min c'est pas assez, je ne recommencerais pas, c'est pas bien!) qu'il faut déjà aller sur la ligne de départ. Je remarque tout de suite qu'en l'espace de 300m il y a deux virages à 90°. Si je ne veux pas rester enfermé il va falloir partir vite. C'est bizarre mais à la sortie d'une saison de cross on y pense plus facilement. Je l'ai vécu il y a huit jours aux Mureaux lors des Frances de Cross mais ça n'a pas influé sur mon résultat final. Sur la ligne de départ je salue Steeve Roy, un tri-athlète de très bon niveau et je sais déjà que vais me bagarrer avec lui, on a déjà couru ensemble sur des Trails. Le départ est donné, je ne réfléchis pas et je pars à la sensation, un autre coureur m'accompagne. Nous sortons du lotissement après plusieurs virages, Steeve nous rejoint et nous passons le premier kilomètre. Ma Polar V800 bipe, c'est le premier kilomètre, 3'09"! Il va falloir ralentir si je ne veux pas le payer, c'est seulement mon troisième 10km depuis 2011 et mes débuts en course à pied. Je n'ai vraiment pas l'habitude de ces petites distances et me réguler est encore difficile. Nous sommes sur un faux plat descendant et la vue se dégage sur l'arrière, nous avons déjà creusé un écart. Le troisième coureur lâche petit à petit, je reste au contact de Steeve qui prend la course en main.

Le parcours de la course composé de 3 tours
Le parcours de la course composé de 3 tours

Il place des accélérations mais je ne lâche pas. Je reste à distance constante sans pouvoir raccrocher à 50-100m derrière lui. On finit la première boucle, le parcours est plat mais composé de quelques relances avec une portion enherbée de 100m. Je pensais qu'il y avait deux tours donc je me dis que la seconde boucle doit être différente et plus longue. Je reste toujours au contact mais je sens que Steeve a plus de facilité, et là je commence à lâcher mentalement. Je regarde surtout derrière si ça revient et je ne m'occupe pas de ce qui se passe devant. Les jambes deviennent lourdes et je me dis que j'ai pas si bien récupéré des Frances. Mais à une semaine du marathon je ne vais pas me griller. Je décide de raccourcir ma foulée et de moins forcer en gardant une bonne cadence. Cela se ressent et je gagne de la vitesse. 

Photo : C.Roy
Photo : C.Roy

Nous repassons à la salle du Sourdy, la deuxième boucle était exactement la même que la première. Le parcours est plaisant, mais étant habitué au Trail j'ai toujours du mal avec les parcours en plusieurs boucles. La motivation pour refaire la boucle en prend un coup. De plus nous devons doubler d'autres concurrents, je ne sais pas si ce sont des coureurs du 5 ou du 10kms mais ils sont nombreux. Le fait de slalomer entre ces coureurs, au risque d'en percuter un qui fait un écart au dernier moment, devient pénible. C'est peut être le seul point d'amélioration qu'il faudrait apporter à ce nouveau parcours, à voir avec le Club de Jogging Luçonnais. Sinon pour le reste de l'organisation c'est tout bon avec même un balisage tous les kms.

J'essaye de rester dans ma course mais ce n'est pas facile, les sensations ne sont pas au top mais l'écart avec le premier reste constant. Le troisième, je ne l'aperçois plus depuis le deuxième tour. Mais il en faut plus pour me décourager et je finis à fond, mon fils et ma compagne m'attendent à l'arrivée, je pense à eux. Un dernier virage et c'est l'arrivée! Je les aperçois à 20m de la ligne et je les salues. Je passe la ligne 2nd et je coupe mon chrono qui affiche 34'43''. Sur le coup je suis déçu car j'espérais m'approcher des 34', ayant fait 34'53'' aux Foulées du Mingot sur un parcours pas vraiment plat j'espérais mieux mais j'améliore quand même mon record personnel sur la distance. 

 

 

Mais à la fin d'une préparation marathon où je n'ai pas du tout travaillé l'allure d'un 10km. Cela reste une satisfaction de repasser sous les 35'. De plus, monter sur un podium ça fait toujours plaisir et encore plus devant sa famille. Mon fils était ravi de monter sur le camion (car podium), le lendemain il me disait encore "monter camion papa".

 

Voilà un bon dimanche en famille, avec du sport, du soleil, des copains tri-athlètes! Maintenant le rendez-vous est pris pour le marathon de Barcelone le 15 mars en espérant réunir tous ces éléments qui font partie de la recette du bonheur.

Écrire commentaire

Commentaires : 0