Compte rendu de course : IronMan Zurich 2016

Réveil à 3h30, ça pique mais il faut manger et se rendre au départ un peu avant pour regonfler le vélo et vérifier tous les sacs de transitions! 

 

En partant de la chambre d'hôte, la route est détrempée, ça ne me fait pas rire surtout pour la partie vélo. Arrivé sur place, il y a pas grand monde et l'accès au parc se fait sans difficulté. Je regonfle le vélo, je prépare mes bidons et je place aussi mon bidon porte outils (on ne sait jamais!). Nous avançons tranquillement sur la plage où sera donné le départ. Je mets la combi pour aller m'échauffer. L'eau est chaude et c'est agréable de se baigner dans ce lac avec le levé du soleil derrière les montagnes juste en face de nous.  

Après un briefing (en anglais et en allemand!), il est temps d'aller se placer dans les sas de départ. IronMan a mis en place le Rolling Start en natation, pour éviter la cohue dans l'eau, et limiter le drafting en vélo... Il y a plusieurs sas de départ en fonction du temps de nage estimé, les pros, les -60min, les 1h-1h10...etc 

Ayant fait 1h08 l'année dernière, je me place dans le sas correspondant à cette perf. Ensuite 8 tri-Athlètes sont "lâchés" toutes les 5s.


Mon tour arrive vite, je me lance dans le grand bain. Je me place directement sur un côté parce que c'est la baston. Première bouée, un nageur me passe carrément dessus pile au moment où je dois prendre ma respiration, et hop je bois la tasse. Je suis obligé de stagner pour tousser, ça commence bien! J'essaie de garder mon calme et continue à nager toujours sur un côté, avec une respi 3 temps en alternant côté gauche, côté droit, et respi polo pour regarder les bouées et prendre la bonne direction. Je nage un moment à côté de mon poisson pilote, un AWA (All World Athlete) une espèce rare mais pas en voie de disparition reconnaissable à son bonnet couleur bronze! Surtout que mon AWA a mis sa puce à droite, peut être que c'est anglais et qu'il a ses plateaux à gauche sur son vélo 😂. On arrive à la lonnnngue ligne droite de 1,5km, un zigzagueur fonce droit sur moi et paf un coup dans mes lunettes. On bifurque enfin mais c'est toujours la castagne, je pensais que cela allait se calmer, mais non! Un dernier coup dans la mâchoire 200m avant de sortir. Je regarde ma montre, 1h11, ça va mais j'ai lutté pendant toute cette épreuve.


Pas de temps à perdre je prends le sac T1, j'enfile casque, lunettes, chaussures avant de prendre mon vélo, sortir du parc et sauter dessus. Mon père est à la sortie du parc et m'encourage. Le départ est très roulant. Je sens que je n'ai pas les bonnes jambes mais je sais qu'il me faut au moins 1h pour avoir des sensations. Les 30 premiers km sont quand même avalés à une bonne allure. Mais là commence la partie vallonnée qui fait aussi environ 30km dont une bonne montée "The Beast". Avec le vélo de chrono pas taillé pour la montagne je suis content d'avoir mes roues de 38mm en carbone plutôt légères. Je me ravitaille toutes les 10min en boisson isotonique et je prends un gel toutes les 45min. Le retour sur Zurich se fait en surplombant le lac, magnifique! Puis nous revenons sur les bords du lac pour repasser devant le village IronMan. On a attaqué une dernière montée, HeartBreak Hill, où il faut se frayer un chemin à travers les spectateurs, avec les cloches Suisse, superbe ambiance. Encore 5km pour boucler cette première boucle de 90km.

La partie plate ne se passe pas très bien, je rejoins un groupe d'une dizaine de coureurs qui draftent comme des fous. Pour éviter de prendre une pénalité, je flingue pour les doubler rapidement mais forcément ils ne sont pas à ça près alors ils prennent ma roue! Ça commence à me chauffer, donc je force encore pour prendre le large. Tiens un arbitre est arrêté sur le bas côté, ils vont bien en prendre une!? Le groupe revient sur moi, ça m'énerve je décide de les laisser filer. L'arbitre nous double, je râle et lui fait signe. Le revoilà arrêté quelques mètres plus loin. Quelques kms plus loin, personne à pénality box, je ne sais pas si ils ont pris un carton, mais ça m'agace car  si je veux rouler dans les roues je m'inscris à une cyclo pas à un IronMan. Bref chacun voit midi à sa porte...

 

Au 120ème je commence à piocher et surtout chose rare: j'ai mal aux cuisses. Ça m'arrive quasiment jamais 😱 là je me dis que ça va être long et qu'il faut absolument que je réduise l'allure et augmente la cadence pour le marathon qui m'attend. Surtout qu'il commence à faire bien chaud mais je supporte bien mes ravitaillements. Dernier passage par HeartBreak Hill, j'avais un 39*28 et ben il me fallait pas moins! 5km plus tard je pose le vélo et je pars sur le marathon...


Les premières foulées sont maladroites mais ça revient vite. Je cours à la sensation et je sais que ça va être long avec 4 tours d'un peu plus de 10km. Aucune difficulté sur ce parcours plat, une belle ambiance encore et nous passons en plein Coeur de Zurich, superbe! Revers de la médaille, le temps est lourd et il n'y a pas d'air. Heureusement que nous avons des ravitos tous les 2km. Le plan est simple: au moins une gorgée d'Iso et un gel toutes les 45min. Il y a aussi des éponges imbibées d'eau et de l'arrosage, à chaque passage je m'essore une éponge sur la tête et la nuque et passe sous le tuyau d'arrosage. C'est quand même une superbe organisation! Le premier tour se passe bien, malgré que je commence à avoir deux cuisses en bois. Je gère mon allure et je ne regarde pas ma montre sinon je la jette direct dans le premier buisson venu! Encore trois tours, ça va,  j'arrive encore à courir, pas vite mais je cours. Maintenant je vais essayer de garder mon allure et mes petites habitudes jusqu'à la fin. Pas mal de coureurs, sont à l'arrêt, d'autres marchent, d'autres vomissent sur le bord de la route! Mon genou droit commence à tirer la gueule aussi, mais il est hors de question d'abandonner. Dans les moments difficiles je pense à tous les gens qui sont derrière moi et tous les petits anges qui sont au dessus de moi...

 J'ai hâte de récupérer le bracelet rouge synonyme de dernier tour et qui m'autorise à franchir la ligne 300m plus loin. Ce moment arrive après 10h36' de course (dont 3h42 de marathon) et beaucoup d'efforts. Je passe la ligne, ému et épuisé, en pensant à ma petite famille restée en Vendée, en pensant à tous les petits anges, à Zoé, à Élise... Je récupère ma médaille de finisher, elle est pour toi mon Léo❤️

 

 

 

Aujourd'hui je n'étais pas dans un bon jour physiquement mais mentalement j'ai tenu. Et la déception du chrono non réalisé a été de courte durée. Cela ne sert à rien et ce fut une belle épreuve avec une très bonne préparation qui n'est jamais perdue. J'ai aujourd'hui un sentiment de satisfaction, de travail accompli, aucun regret, j'ai tout donné avec les moyens que j'avais à disposition le jour J.


Après la ligne d'arrivée, j'ai froid, je tremble, j'ai des frissons, j'ai dû m'allonger dans la pelouse un moment pour retrouver mes esprits. Impossible de manger quoi que ce soit, le fait d'avoir mangé que du liquide pendant toute la journée doit y être pour quelque chose. J'arrive à me lever, je vais dans un des jacuzzi à disposition et je vais me prendre une bière, j'ai pu prendre que quelques gorgée mais elle m'a fait du bien! 

 

Merci à tous pour vos messages de soutien, certains m'ont donné beaucoup de forces, d'autres m'ont ému... A bientôt pour de nouvelles aventures ❤️

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    monika bertel (mardi, 26 juillet 2016 12:17)

    Bravo Maxime pour ton courage et ta force pour tous nos anges !!!!
    de douces pensées pour Zoé et Elise <3 <3
    Léo, Zoé et Elise peuvent être très fier de leur papa !!!