Troussepoil, rebrousse chemin!

Photo MMAC
Photo MMAC

C’est au dernier moment que je décide de m’inscrire à ce Trail du Troussepoil que j’affectionne, avec une participation en 2014 sur le 21km et une en 2015 sur le 11km et en entrant à chaque fois dans le top 3. Cela fait deux semaines que j’ai fait le marathon de Saumur, une petite journée de repos le lendemain du marathon puis j’ai repris progressivement l’entrainement, par de la natation, du vélo et des petits footings… Cette semaine les sensations étaient bonnes même avec la reprise de l’intensité; Michel me dit que c’est dommage que le marathon soit passé, la forme est là, du moins j’ai l’impression. Mes entrainements se limitent maintenant à 2 séances de natation, 4 à pieds et du vélo. Hier justement j’ai fait 2h30 de vélo avec l’ami JB, à jeun à la première heure. C’est donc au dernier moment que je me décide d’aller à ce trail, et chose très rare je m’inscris sur place le matin même malgré le déluge annoncé…

 

Photo MMAC
Photo MMAC

Arrivé sur place j’aperçois au loin ma cousine Séverine qui est bénévole, je fonce remplir le formulaire d’inscription et récupérer mon dossard. Je suis en avance, je prends le temps de discuter, à peine réveillé, avec Séverine et Eric. L’heure approche et il faut aller se changer, je retourne à la voiture, il ne fait pas froid et la pluie à l’air de nous épargner ! Une fois changé je pars m’échauffer, mais ce sera très bref comme échauffement car je ne vais pas partir vite sur le début de course pour ne pas me cramer, enfin je vais essayer. Je ne sais pas du tout où j’en suis même si j’ai l’impression d’être en forme. Musculairement je ne sais pas si ça va tenir. Avec déjà plus de 11h d’entrainement dans la semaine je ne veux prendre aucun risque.

 

Photo MMAC
Photo MMAC

Nous sommes appelés à nous présenter sur la ligne de départ pour nous donner les consignes. C’est simple balisage bleu pour le 21km, jaune pour le 11km. Le départ est donné pile à l’heure, je reconnais bien ce début de parcours en descente et nous partons pour une première petite boucle de 2km. Je suis encouragé par Agathe (qui gagnera le 11km, félicitations !) en haut de la première bosse, en descendant j’aperçois Michel qui m’encourage également. Mes cousins sont aussi présents, Manu sur le 21km également, Matthias le baliseur et Pam la pompom Girl, ça fait plaisir! J’ai su me contenir et comme prévu je ne suis pas parti vite ; je suis dans un petit groupe de 5-6 coureurs certainement entre la 15ème et 20ème place. Je déroule dans la descente et reprends quelques coureurs, en bas le premier passage à gué avec une pancarte « Nager ou courir » mon choix est vite fait, courir ! Je ne veux pas me mouiller les pieds, la route est encore longue alors je préfère m’allonger un peu et avoir les pieds secs !

 

Photo MMAC
Photo MMAC

Nous repartons pour une boucle de 8km, en direction du Sud de Moutiers les Mauxfaits. Le parcours est varié et plaisant, chemin roulant, bords champs, bosses, pif-paf, routes… Je commence à doubler, toujours à mon rythme et m’éloigne petit à petit de mon groupe. Je ne me retourne plus, concentré sur ma foulée et la respiration. Comme à l’entrainement sur les conseils de Gwap j’ai décidé de courir ce trail avec deux foulées en expiration et une foulée en inspiration. Même si ce n’est pas encore naturel cela m’aide à me poser et ne pas m’emballer. Devant moi maintenant j’ai deux coureurs en vue que je ne connais pas. Au détour d’une descente, sur la droite je m’aperçois que l’on est de retour à IndianForest en voyant une attraction. C’est impressionnant je ne m’étais même pas aperçu où nous étions tellement nous avons pris de petits chemins, des virages…

 

Nous repartons pour une dernière boucle de 11km en direction du Sud, vers le Givre ! Encore un passage à gué que j’évite, les gens me disent « bravo quand même ! » comme s'ils étaient déçus de ne pas me voir passer dans l’eau. Le bonheur tient à peu de choses et je souris ! Là je reconnais bien le parcours, pas de là à anticiper mais les endroits où nous passons me sont familiers. J’ai toujours les deux coureurs en vue, celui avec le maillot bleu il me faut attendre une belle bosse pour revenir rapidement sur lui. Il s’agit d’un certain Sandy Casar, ex-coureur Pro à la FDJ de 1999 à 2013 pour ceux qui sont passionnés de cyclisme. Je le double et maintenant je ne m’occupe plus de ce qui se passe derrière, je reste concentré sur ma respiration et sur le gaillard que j’ai parfois en ligne de mire.

 

Photo MMAC
Photo MMAC

Il nous reste maintenant 9km à parcourir, je vois que l’on approche du Givre. Ma montre sonne pour m’indiquer qu’il faut boire, j’ai pris avec moi deux flasques glissées dans les poches de mon short, celles-ci contenant de la boisson de l’effort. Une longue montée enrobée nous fait arriver au Givre ; km13 synonyme aussi de ravitaillement mais je ne m’arrête pas car je suis autonome. Une petite descente et ensuite un long faux plat montant, j’ai maintenant recollé au coureur devant moi. Nous commençons à doubler les coureurs du 11km. Sa respiration est très forte, je sens qu’il est à la limite mais je vois bien qu’il ne va rien lâcher ! Je ne m’occupe pas de cela et je reste concentré toujours sur ma respiration, j’en profite pour regarder loin devant. Km14 l’écart n’est toujours pas définitif alors comme j’ai un peu de marge j’accélère un peu dans la montée gardant le rythme de 2 expi/1 inspi. A la fin de cette montée un virage à droite qui va nous faire descendre dans un bois.

 

Photo MMAC
Photo MMAC

Km15, l’entrée dans les bois; là je sais que je vais me régaler dans ce toboggan vert, plein de pif paf, de petits raidards s’offrent à nous! Les coureurs du 11km m’encouragent c’est super sympa, belle ambiance. Je garde mon rythme soutenu et je me fais vraiment plaisir au milieu de tous ces arbres, en pleine harmonie avec la nature. Au détour d’un virage, j’aperçois Bassidi que je n’ai pas vu depuis le départ. Je vois que je reviens vite. km17 nous entrons dans un champs et je suis à quelques mètres de lui. La bosse suivante qui nous fait entrer de nouveau dans les bois je suis à son contact, il se retourne et m’encourage, super sympa Bassidi! Je suis maintenant 3ème, et dans les consignes j’avais le droit de me lâcher sur la fin. J’augmente encore le rythme décidé à ne pas lâcher cette troisième place inattendue! Nous revenons sur IndianForest, contournant un étang je sais qu’il ne reste plus qu’un kilomètre, Bassidi est décroché et l’écart se creuse. Malgré tout je garde ce rythme, je sais qu’il est costaud. Je suis maintenant dans le rouge, un dernier virage à droite, deux bosses et je vois la ligne d’arrivée. C’est content de ma gestion de course que je passe cette ligne en 1h26. Après l'arrivée j'aperçois Michel, je suis content de voir l'éducateur de mouvement perpétuel. La préparation marathon que nous avons fait ensemble a payé aujourd'hui, merci.

 

Photo MMAC
Photo MMAC

     J’ai pris beaucoup de plaisir dans ces chemins roulants et sur un parcours très sec. La pluie nous a même épargné contrairement aux deux autres éditions auxquelles j’avais participé mais le plaisir, le partage et le podium étaient bien présents une année de plus!

 

Merci au MMAC et aux bénévoles pour cette belle organisation.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0