IronMan de Vichy 2017

Premier à entrer dans le parc le samedi pour assister à la course de Léo!
Premier à entrer dans le parc le samedi pour assister à la course de Léo!

4h30 un dimanche matin, le réveil sonne. Toutes les affaires sont prêtes depuis la veille, le vélo et les sacs de transitions T1 et T2 sont aussi déposés le samedi (après les avoir vérifiés au moins 10fois!!!). Un petit déjeuner, un enfilage de tri-fonction, une séance tatoo pour se coller les numéros sur le bras et la jambe gauche et c'est parti, accompagné de mes fidèles supporters, Elodie et Léo. Arrivés sur le site je vais gonfler mon vélo. En effet, avec les fortes chaleurs (35 degrés le Samedi après midi!) j'ai dégonflé mes boyaux pour ne pas en retrouver un éclaté. Je dépose aussi ma flasque de Gel fait maison, mon compteur, mes lunettes de soleil dans ma sacoche vélo. Je donne ma pompe et ma veste à Elodie, un bisou magique à mes deux amours et je vais rejoindre le départ natation. Alors que je vais sortir du parc à vélo je croise Jo et Flo, deux copains de La Roche Vendée Triathlon qui s'alignent pour la première fois sur la distance, pas le temps de discuter des heures ils ne sont pas en avance.

Le départ en "Rolling Start" (départ de 3 triathlètes toutes les 4s plutôt que de partir tous en même temps) est particulier et je l'ai déjà vécu à L'IronMan de Zurich l'année dernière. Cela à l'avantage d'avoir moins de castagne dans l'eau, à condition d'être honnête avec soi même, et de limiter le drafting en vélo. Je me place dans le sas des 1h12, avec 1h08 et 1h11 sur mes deux derniers IronMan je suis dans les clous. Mais cette année la combinaison est interdite, l'eau est à 25,7 degrés le matin de la course; si beaucoup de triathlètes angoissent à l'idée de nager sans combi cela ne m'inquiète pas du tout. Je m'assois par terre en attendant mon tour, la journée va être assez longue il faut s'économiser au maximum. Nous avançons, et j'aperçois Élodie et Léo un coucou et c'est à mon tour, je déclenche la montre, cours sur le ponton et plonge...Mes lunettes ne sont pas assez serrées (comme d'habitude!) et j'ai de l'eau dans mes lunettes! Un vidage Express et c'est parti, je longe des petites bouées d'aviron placées tous les 10m. 

L'eau est trouble, on ne voit pas à 1m, ça change du Lac d'Annecy! Je double pas mal de nageurs, beaucoup même, je me pose alors la question si c'est moi qui me suis mal placé au départ ou si c'est eux. Il faudra 1,5km (des grosses bouées sont placées tous les 500m avec la distance indiquée dessus, ça c'est top!) pour trouver des nageurs qui vont à mon rythme mais aucun pieds à prendre. Nous sortons de l'eau pour "la sortie à l'australienne" et nous repartons pour une nouvelle boucle de 1,9km, ma montre affiche 37min. Je cours le long des pontons, je remets mes lunettes et cette fois ci je saute façon bouteille dans l'eau. J'ai de bonnes sensations, et je prends mon temps, beaucoup de plaisir à nager. Seule ma trifonction me brûle au niveau des épaules et du coup, grosse erreur de débutant je n'ai fait qu'une sortie vélo avec, jamais de triathlon. D'ailleurs c'est mon premier triathlon de l'année! Pas le temps de se plaindre il faut continuer à nager, je longe toujours les petites bouées, et quelques feuilles viennent se coller à mes lunettes. Demi-tour sur la dernière boucle, nous avons maintenant le courant favorable et cela se sent, encore 1km environ. Je sors de l'eau après 1h17 de nage.


À la transition, je vais prendre mon sac bleu, j'enfile casque, chaussures, gants de vélo pour le confort et la sécurité en cas de chute... je cours avec mes chaussures de vélo, dans la pelouse donc ce n'est pas trop grave. Arrivé au vélo je mets mon compteur, mes lunettes et je prends mon destrier marqué des 65 prénoms des petits anges de l’association Hespéranges.



Il est tombé quelques gouttes, la route est humide, alors les premiers virages en zone urbaine me crispent, je prends soin de bien ralentir avant les virages et d'éviter les tampons et autres chambres télécom! Au programme : deux boucles de 90km. Nous sommes assez espacés, je prends mon rythme difficilement et je roule tranquillement. Il me faudra une heure pour enfin me sentir bien et rouler un peu plus. Vichy c'est roulant, et je le vérifie rapidement, à part quelques vallons et des revêtements parfois en très mauvais état. Dans ces portions je suis bien content d'avoir mes boyaux avec chambre Latex (Michelin Pro 4), au top niveau confort! Je sors rarement mes roues carbones et là c'est un régal! Elodie et Léo on prit la voiture pour venir m'encourager au km 40, ils sont dans un virage et je ralentis pour prendre le temps de les saluer.

J'ai une envie de faire pipi depuis la fin de la natation et je n'y suis pas allé dans le parc comme un idiot, alors après avoir repoussé l'échéance je fais une pause au km60. C'est soulagé que je repars, nous arrivons dans la difficulté du parcours, une petite bosse à la sortie d'un village, je n'hésite pas à mettre le 39*25. Il fait déjà très chaud et ma montre est programmée pour sonner toutes les 5min, je transpire déjà beaucoup. Nous entrons dans une forêt et c'est plutôt bienvenu! À la sortie de celle-ci une partie très roulante, avec un revêtement plus correct nous permet de rentrer dans Bellerive entre 40 et 50km/h et de boucler le premier tour. Pour ma part ce sera en 2h39. Elo et Léo sont encore là, ça fait du bien de les voir. Je commence déjà à avoir mal aux jambes alors que je n'ai pas roulé trop fort. Je continue de bien m'hydrater, en prenant un nouveau bidon tous les 25km environ et en prenant une gorgée de mon Gel toutes les 30min.   Mes supporters sont au km 130, mais ils ne me voient pas arriver, je ralentis et je crie leurs prénoms; un petit coucou et je relance. J'ai appris après course que l'appli de suivi n'avait pas bien fonctionnée. Encore un pipi, preuve que je bois bien mais vu le feu qui nous tombe dessus, pas le choix. Je digère bien et je suis étonné du goût de la boisson High5, pas trop mauvaise et je la supporte bien! Dans la bosse, un camarade me double et me dit "sympa les dessins des enfants, moi j'ai les photos". Je monte moins rapidement que lui mais je roule mieux ensuite donc je le redouble et nous nous encourageons comme cela plusieurs fois à chaque dépassement. Une arbitre sur la moto m'encourage aussi, cela fait plusieurs fois qu'ils viennent en moto à ma hauteur, pour me demander si ça va, pour me lancer des "Allez Maxime", Super sympa, je la remercie car ce n'est pas tous les jours que l'on se fait encourager par les arbitres. 

 

Nous arrivons sur Bellerive, je me détends un peu et fais tourner les jambes; je suis pressé de courir et content de poser le vélo après 5h29 à pédaler. J'aurais pris mes 325ml de Gel maison, j'ai bien gérer la quantité!


La deuxième transition est plus rapide, je change les chaussures de vélo pour mes chaussures de course à pied, mon casque de vélo pour ma casquette et je prends une nouvelle flasque de Gel que je mets dans ma poche de trifonction. 



Je pars sur un rythme très cool de 4'45, aux sensations. Arrêt pipi encore une fois! Il fait très très chaud alors je suis prudent et je décide de ne pas regarder ma montre. Nous avons 4 tours de 10,5km, ravitos tous les 2km, superbe parcours sur les bords de l'Allier et dans le centre de Vichy. En plus il y a du monde un peu partout pour nous encourager et les bénévoles sont aux petits soins sur les ravitaillements. La température était de 34 degrés, à Zurich avec 32 j'avais fini déshydraté avec 1 seul verre tous les deux kms alors je décide d'en prendre deux à chaque ravito, toujours la boisson High5 sauf quand je prends mon gel je bois de l'eau. Je prends le temps de marcher pour bien boire et repartir sur mon tout petit rythme. Greg est là et m'encourage, merci!Je sens bien que j'ai mal aux jambes, que j'ai du mal à relancer mais je continue d'avancer. Cela m'emmène jusqu'au 30ème à un rythme à peu près régulier. Un ami Triathlète avec qui j'avais eu la chance de partager le triathlon de l'alpe d'Huez me double mais lui il en a fini, nous nous saluons et nous nous encourageons, content de t'avoir vu la fusée Othmane. Dany Perray, l'homme qui a fait tous les IronMan de France en 2016 pour l'association AEVE (Autisme Ecole Vers l’Espoir) me double mais pas le temps de discuter. Sans le savoir je ferais sa rencontre le lendemain au bord de la piscine d’un camping où moi et Flo avons pu discuter avec ce super mec ! J’arrive sur le pont de l’Europe; le pont qui traverse l’Allier et qui est à 1km de la fin de boucle.  Je vois Jo au loin, il est dans le dur, rendu à sa hauteur je lui tape dans la main et l’encourage. Je lui dis de bien boire aux ravitaillements mais il me dit qu’il est complètement déshydraté, allez courage Jo !

Un dernier tour, je passe devant la Finish Line, dans l'arène où Léo et Elo m'encourage depuis le début du marathon à chaque tour. Un soutien indispensable. Ce dernier tour je vais un peu mieux, donc le rythme accélère un peu, je suis sous les 5' au kilo. Au 36ème, plus de son, plus d'image, j'ai la tête qui tourne et j'ai du mal à tenir sur mes jambes, obligé de m'arrêter sur le côté, et là je commence à vomir sans vraiment pouvoir m'arrêter. J'arrive à reprendre mes esprits et à repartir en marchant. Je me dis que les derniers kilomètres vont être très longs. Je sais que je vais finir mais j'espère ne pas faire de malaise ou tomber comme une mouche. Plusieurs Triathlètes sont allongés sur les pelouses accompagnés par des secouristes, je ne veux pas finir l'aventure comme ça. Je marche alors jusqu'au prochain ravito, là je prends du coca et un peu d'eau, au mental j'arrive à repartir au trot. Mes jambes sont en bois, mon ventre est rempli de plâtre mais j'avance encore et encore. Je mets toutes mes forces pour mettre un pied devant l'autre. La dernière ligne droite vers le pont de l’Europe est interminable, encore une montée pour aller sur celui-ci. Je profite enfin de la fin de mon triathlon. C’est terminé, je pense à mes enfants, aux petits anges d’Hespéranges, l’émotion est présente et c’est difficile de faire surface. Je rentre dans l’arène, je lève les lunettes de soleil, je m’arrête faire un bisou à Elodie et Léo, je les remercie, pour le soutien depuis 7h ce matin et depuis des années… Je franchis l’arche d’arrivée après 11h13 d’efforts, soulagé et heureux d’en avoir fini. 

Même si c’est mon troisième IronMan, même si j’ai un peu d’expérience en épreuve d’endurance, j’ai souffert sur cet IronMan, alors je suis bien loin de mon Record Personnel (10h16), bien loin de mon objectif de faire moins de 10h mais avec du recul je n’avais pas le niveau pour voir un 9 devant mon chrono avec ou sans chaleur, cela n’aurait rien changé, je n'étais pas assez préparé… Il faudra encore travailler dur et être patient, j’y reviendrai! Je reste satisfait d’avoir couru ce beau parcours et finir c’est déjà une victoire et surtout de l’avoir fait une fois de plus pour Hespéranges. Bravo à mes deux compagnons de club qui terminent leurs premiers Iron ! Je termine par remercier tous ceux-qui m’ont soutenu ou  félicité, merci à tous; c’est aussi cela qui nous pousse à nous dépasser!

 

Un merci particulier à ma petite famille, à mes amis pour leurs soutiens, à Michel Milcent pour les conseils, à Xavier Reverseau pour les sorties très matinales et ses semelles pour le vélo, aux RVT et en particulier à Joseph et Sylvain les coachs natation, à Gaelle Balanger, Présidente d'Hespéranges qui me soutien depuis le début dans les projets ainsi qu'aux paranges et aux petits anges...

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    manue (mercredi, 30 août 2017 13:56)

    Bravo pour cette energie , pour tout vos petits anges

  • #2

    mamie loin (jeudi, 31 août 2017 19:21)

    je suis toujours étonnée , tu comprendras connaissant mes performance actuelle....gros gros bisous